Dominique Fortin

Née en 1974 à Montréal, Dominique Fortin se consacre à la peinture depuis plusieurs années, avec comme bagage une formation en art et en joaillerie.
C'est depuis son entrée à la Galerie Saint-Dizier en 2008 que la carrière de Dominique Fortin prend son envol.
Au printemps 2009, elle a su démontrer la force de son travail par une superbe exposition solo à la Galerie Saint-Dizier.

Sous des abords qui pourraient paraître légers et passer – à tort – pour naïfs, l’œuvre de Dominique nous parle de vie, de mort, de renaissance, du cycle sans cesse renouvelé, de la grande roue de la vie.
Puissamment présents, les yeux de ses figures semblent nous percer à jour, voir aux tréfonds de nos âmes, et leur fixité étrange nous questionne: « Et toi, qui es-tu, le sais-tu? Où vas-tu? Pourquoi es-tu là?». Ils semblent savoir quelque chose que nous ignorons et nous invitent à la réflexion.
Derrière le monde que nous présente Dominique, il y a une réalité plus profonde. Souvenir nostalgique ou mélancolique de l’enfance, phrases mystérieuses, comme des comptines, des rengaines, des incantations magiques, ou des brides de mantra.
Les animaux tiennent une grande place dans ses toiles, oiseaux et papillons surtout, forcément symboliques, et nous relient au Tout végétal et animal, pour nous faire découvrir la beauté du monde et, peut-être, de l’au-delà.
Messagers, anges gardiens, âmes sœurs, animaux totems, ils portent sans conteste une part de sacré.

Avec cette vision unique et très personnelle, la peinture de Dominique nous rappelle que le changement est inéluctable: tout passe, tout se transforme, chaque être né sur cette terre est voué à grandir. C’est en déchirant sa chrysalide que la larve se métamorphose en papillon.

Dominique texture ses tableaux avec tout ce qui lui tombe sous la main (papier, tissu, carton...) et utilise différents médias qui apportent chair, profondeur et sensualité à sa matière picturale.

Son oeuvre, centrée sur le personnage humain, est «une sorte d'étude de la figure humaine dans un contexte contemporain, mais pleine des espoirs du romantisme».