Kai McCall

Kai McCall vit à Montréal et expose son travail au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France.
Ses tableaux représentent des figures contemporaines inspirées de l'histoire de l'art. Situés dans le présent, ils interpellent le passé en empruntant les tons et les couleurs des grands portraits du 18ème siècle.

Tout comme les personnages d'une œuvre de fiction, les personnages des tableaux de Kai sont confrontés à des défis et conflits lorsqu'ils naviguent dans les cadres créés pour eux par l'artiste. Celui-ci les considère comme des individus semi-autonomes dont les poses évoluent au fur et à mesure qu'il les peint, et qui se définissent par les actions éventuelles qu'ils endossent dans une composition.
N'exécutant pas de dessins préparatoires détaillés, la physionomie des personnages évolue progressivement au fur et à mesure que Kai modifie leurs cheveux, vêtements ou posture. Cette méthode offre une flexibilité maximale à l'artiste, qui travaille sur les éléments définissant chaque personnage directement sur la toile en peignant.
Des références d'histoire de l'art, de littérature, d'illustration et de film influencent le récit dans son travail.

En dépit du caractère évident de l'imagerie et des actions des personnages, la signification des oeuvres reste obscure, et il y a toujours une certaine ambiguïté qui nuit à la prestance du sujet. L'introduction d'éléments improbables ou même surréalistes dans les tableaux évoque une relation ambivalente entre le sujet et nos attentes du portrait. Les tableaux de Kai se lisent plus comme une fiction où les derniers chapitres seraient manquants. Ils demandent au spectateur de prendre conscience de chaque conflit qui se déroule au sein de l'image. Cependant, toute résolution définitive reste suspendue dans le temps, et dans une ambiguïté picturale.

Les peintures de genre hollandais du XXVIIe siècle ont influencé l'évolution de cette série, tant sur le plan stylistique que conceptuel. Certains éléments se trouvent dans la technique en couches des maîtres hollandais, pour créer des tissus chatoyants et des tons chair transparents.
Sur le plan conceptuel, McCall s'intéresse au rôle que la peinture de genre occupait dans l'histoire de l'art. Conformément aux hiérarchies qui existaient à l'époque, la peinture de genre était considérée comme une sous-catégorie, moins importante que le portrait officiel ou la peinture historique. Kai trouve cette hiérarchie entre les genres intéressante et pertinente aujourd'hui, dans le contexte de l'art contemporain.