Jerôme Rochette

Le travail pictural de Jérôme Rochette propose un dialogue entre l’objet représenté et l’univers expressif dans lequel il s’installe. Ainsi, l'oeuvre de Rochette existe à travers la dualilité subjective et intrinsèque du médium. Pour traduire une réalité, l’artiste utilise d’abord la matière afin d’injecter sa perception du monde. L'emploi de superpositions de couches, de styles graphiques et de diverses techniques qui appartiennent à la tradition de la peinture s’articulent dans un langage qui lui est propre. Cela permet aux oeuvres de s'engager dans une matérialité plastique contrastante et dynamique. Hommage à la matière, les tableaux de Rochette s'établissent d'abord selon une esthétique formelle forte dans l’utilisation de couleurs, de textures et de superpositions. Tant la force picturale du geste franc et spontané du peintre est dominante, tant on y retrouve la présence de passages définis et précis laissant apparaitre un contenu figuratif. Les sujets renvoient et réfèrent à une réalité connue et concrète. Ces sujets imagés qui s'en dégagent viennent apporter une force conceptuelle et ce malgré le fait qu'ils soient éloigné d'une figuration pure. Ainsi, l'interprétation de l'artiste et le rendu plastique de l'oeuvre viennent fusionner avec les acquis et pragmatisme du regardeur. L'oeuvre de Jérôme Rochette offre une tension perceptible dans la spontanéité (et la nécessité picturale) des médiums employés et le doute créé par une conceptualisation des sujets employés.